mercredi 1 janvier 2014

1-1-14



1er janvier 2014
haize
quelques lenticulaires
des oiseaux barguignant contre les rafales
mes morts qui souhaitent une bonne année
à leur façon d'os ou de fossiles
freux&milans royaux finissent par se faire vent
et moi à rouler mes pensées dedans
je finirai bien par devenir poussière
aussi la lumière les collines
Dante qui pousse depuis chaque atome
sa musique des cercles


lundi 30 décembre 2013

30-12-13


de grands mystères règnent
sur la paroisse des élytres
sous l'épaisseur du plomb
les voiles ravissent loin
vers les amours où chacun
désire étirer ses ailes
une multitude de chants
la beauté perce parfois les boues
les boues quelquefois sont merveilleuses
une multitude de chants
rayonne des argiles
un bras par là un cœur ici une bouche
dans la gangue des terres
où chaque spasme implore 
le cours inverse des pétrifications




dimanche 29 décembre 2013

29-12-13



des boucles suspendues entre nuit & branches
du cerisier vide
de vieilles figues dehors oubliées & l'hiver se présente
ventre plein du nom des autres saisons
petite chaleur & danse sont gardées par le chat
d'infimes révolutionnaires s'accumulent dans les flaques
chaque goutte frappe les surfaces de trouble
on pose là les lisières du chaos
tout cela écrit une histoire bruitée par mes lèvres
qui sitôt née s'échappe vers des terres peuplées
de signes insaisissables


vendredi 27 décembre 2013

27-12-2013




finalement
la hache du bûcheron a frappé l'endroit tendre
le bûcheron n'était pas l'hôte attendu
l'écorce elle-même accusait quelques failles
le coup s'est effiloché en caresse
la caresse a perdu son nom
à vrai dire loin des lumières
la réalité surprend

il y a des temps où la terre sèche
à l'infini où la première goutte
forme vapeur dès l'aperçu de la rencontre

sec

finalement
on est seul et d'autres l'ont dit
mille fois mille fois mieux

mille
langues
sorcières
mais
seul

dans sa peau vieillissante le vase se vide
s'ébrèche se brise des chevaux à la croupe encore ronde
s'échappent vers les collines
les crinières de soie
se font cardes sitôt touchées par d'autres soleils

crinières
chevauchées
autrefois
entre
des bosquets
doux

aujourd'hui
seul
membre
désert

finalement
on se tait dans la position minimale
du retour
aucun ange aucun démon pour viatique
mais seul
avec os un reste de désir attaché à la chair
quelques mots mal-nés qui n'iront jamais sur Mars


lundi 23 décembre 2013

23-12-13



d'abord
tout est pris dans la limpidité de l'air
dans le tintement pur des eaux.
à cet instant
le monstre referme plus loin sa gueule.

& puis le chant arpente la colline.
avec lui avance un chœur de colonnes & de spasmes.
suis une armée encore bienfaisante.

peu à peu
l'émoi rouge des conquêtes se propage & menace la lisière.
les cercles se troublent. la nuque & le dos frissonnent.
chaque membre
se charge de tempête.

alors
tout s'amasse pour défendre corps  : brindilles chitines
sel écorces cheveux prières.